🗞 Il a du nez ! Axel a trouvĂ© une solution pour rendre indolores les tests COVID

À 12 ans, il a inventĂ© un moyen d’aider les soignants Ă  mieux pratiquer les tests pour le coronavirus

Depuis l’arrivĂ©e du coronavirus, Axel, 12 ans, avait lui aussi envie d’aider. Il a vu Ă  la tĂ©lĂ©vision que les gens Ă©taient testĂ©s pour vĂ©rifier s’ils avaient le virus. Connais-tu ces tests ? Une infirmiĂšre ou un mĂ©decin utilise un long coton-tige et le passe Ă  l’intĂ©rieur du nez.

Si c’est mal fait, cela peut faire assez mal. En plus, ils peuvent manquer la « cible », cet endroit prĂ©cis Ă  l’arriĂšre du nez oĂč se trouve le virus. Et beaucoup de rĂ©sultats sont alors faux. Axel a compris que certains soignants ne savent pas vraiment comment faire un prĂ©lĂšvement dans le nez avec un coton-tige. Ouille !

Axel a menĂ© l’enquĂȘte

Mais comment peut-il aider ? Axel n’est pas chirurgien du nez, ni professeur en mĂ©decine. MĂȘme s’il est toujours Ă©colier, il aimerait ĂȘtre docteur plus tard.

AprĂšs avoir lu beaucoup de choses sur ce problĂšme
 il a compris !

Ce dont les soignants ont besoin, c’est de s’entraĂźner et cela rapidement, mais pas sur les personnes, car sinon elles auraient trĂšs mal au nez !

Alors quelle solution a été trouvée par Axel ?

Axel shows off his nose!
Un nez


Un nez en plastique grandeur nature, pas comme celui des clowns du cirque !

PlutĂŽt un modĂšle rĂ©el d’un nez humain avec tous ses diffĂ©rents canaux et orifices. Et c’est un vrai labyrinthe lĂ -dedans !

Axel a beaucoup parlĂ© avec son papa, qui est mĂ©decin Ă  l’hĂŽpital de Strasbourg, une ville oĂč il y a eu beaucoup de cas de coronavirus. Avec l’aide d’autres mĂ©decins et techniciens, ils ont rĂ©ussi Ă  construire un prototype.

Axel a mis du papier imbibĂ© d’encre rouge dans la “zone cible”, tout au fond du nez. Si le coton-tige – que les mĂ©decins appellent l’Ă©couvillon – est passĂ© exactement au bon endroit, alors il sera rouge. Cela prouvera qu’il a fait mouche !

Axel prĂ©sente son invention…

Ensemble, ils ont utilisé une imprimante 3D et du plastique dur et mou pour remplacer les parties osseuses et charnues du nez. En plus, Axel peut généreusement publier gratuitement sur internet les instructions nécessaires, et partout dans le monde, toute personne peut faire son propre modÚle.

Un petit conseil…

Comme le dĂ©confinement se poursuit, de plus en plus de gens doivent ĂȘtre testĂ©s. Ainsi, l’invention d’Axel arrive Ă  un moment critique.

Ses amis pensaient que son nez en plastique Ă©tait plutĂŽt bien, dit Axel, bien que certains d’entre eux l’ont trouvĂ© un peu « dĂ©goutant Â».  Mais ça ne l’a pas dĂ©couragĂ©.

Il n’est jamais trop tĂŽt pour avoir des idĂ©es gĂ©niales. Et comme Axel nous l’a dit :

“Quand on a des idĂ©es, il faut aller jusqu’au bout“. 

DĂ©couvre comment le nez d’Axel permet aux soignants d’aller droit dans le mille !
boy with red nose

Le problĂšme ?

Nous sommes nombreux Ă  subir un test du coronavirus sous la forme d’un coton-tige introduit dans le nez. Les personnes qui pratiquent les tests ont besoin de s’entraĂźner pour Ă©viter de faire mal.

3d printed nose

La solution !

Un nez en plastique, fabriquĂ© par une imprimante 3D. Les soignants peuvent s’entraĂźner Ă  atteindre leur cible sans faire mal !

Plus de détails pour les adultes

L’équipe qui a permis Ă  l’idĂ©e d’Axel Sananes de devenir rĂ©alitĂ© comprend : l’entreprise Strasbourgeoise Dianosic, l’entreprise basĂ©e Ă  Paris Bone 3D, les hĂŽpitaux du CHRU Strasbourg et ProtĂšge Ton Soignant, qui a contribuĂ© Ă  hauteur de €6,000 pour construire le prototype.

MĂȘme s’il existe dĂ©jĂ  d’autres tests pour le coronavirus, et notamment les tests sanguins sĂ©rologiques, le test nasal virologique est le moyen principal pour dĂ©terminer si quelqu’un est actuellement infectĂ© et donc contagieux. Avec le dĂ©confinement, des millions de tests virologiques sont susceptibles d’ĂȘtre effectuĂ©s principalement par des personnes ayant peu d’expĂ©rience de la procĂ©dure. EspĂ©rons donc que le nez d’Axel soit largement utilisĂ© !

Alastair editor of WoW!

Reportage de

Alastair

alastair@wow-news.eu

Traduction de

Emmanuelle

emma@wow-news.eu

Production de

Agathe

agathe@wow-news.eu

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram

SÂŽabonner gratuitement