Plus de peur que de mal

Miel, eau chaude, doliprane. Et un peu de danse et de chant.
Pour faciliter leur combat contre le coronavirus, certains malades utilisent des recettes originales !

Vous avez probablement entendu parler de ce virus, une sorte de grippe.

Plus de 100 000 personnes sont tombées malades partout dans le monde. Mais, pour chaque individu malade, il y en a 70 000 autres qui vont parfaitement bien. Il est donc encore rare d’être contaminé. Beaucoup d’entre eux ont d’ailleurs à peine remarqué qu’ils l’étaient. D’autres ont observé que la maladie disparaissait en quelques jours.

Écoute nous sur Spotify!

Julie, habitante de Singapour, a témoigné de son expérience à la chaîne de télévision britannique BBC. Elle a raconté qu’elle a d’abord senti qu’elle avait attrapé un rhume et a pris des médicaments pour le mal de tête. Mais quelques jours après, elle s’est réveillée avec des vertiges.

A l’hôpital, les médecins l’ont mise en “quarantaine”: elle devait rester seule dans sa chambre pour éviter de transmettre la maladie.
Le coronavirus, appelé aussi COVID-2019, se propage par les gouttelettes qui jaillissent lorsque qu’un malade éternue ou tousse.

Julie pouvait utiliser son téléphone pour communiquer avec ses proches mais il était quand même difficile pour elle de rester seule. “J’avais très envie de parler aux personnes qui étaient de l’autre côté du mur de ma chambre” explique-t-elle.

Julie à Singapour est totalement guérie

Elle est maintenant totalement guérie. Si elle a décidé de parler à la télévision, c’est pour nous dire de ne pas avoir peur et d’être bienveillants avec les malades.

Pavel Senou, 21 ans, est originaire d’Afrique de l’Ouest. Il étudie en Chine et a attrapé le coronavirus là-bas. Interviewé par un journaliste du Cameroun, son pays d’origine, il a confié avoir eu peur au moment d’aller à l’hôpital.

Malgré cela, il confie: “Je restais très positif en me disant que je serai le mourant le plus heureux qu’on ait jamais vu. C’est pour ça que je chantais et dansais à l’hôpital.”

Les infirmières travaillaient tellement qu’il avait de la peine pour elles.
Le médecin m’a dit que le fait que j’étais jeune et que je pratiquais des sports comme le football et le basketball allait m’aider à guérir” raconte-t-il.

Aujourd’hui, Pavel va beaucoup mieux. Pour lui, “l’implication de tous est nécessaire”. C’est-à-dire que chacun doit se laver les mains pour éviter la propagation du virus.

Pavel est guéri en Chine

Connor Reed, 25 ans, originaire du Pays de Galles, vit aussi en Chine. Pendant une semaine, il a cru avoir seulement un rhume et continuait à aller travailler. Quand son état s’est dégradé, il a été à l’hôpital faire un test. Puis, il est rentré chez lui pour se soigner.

Il s’est souvenu que sa mère mettait du miel dans de l’eau chaude lorsqu’il ne se sentait pas bien. D’après lui, cette recette a contribué à son rétablissement face au COVID-2019.

Connor va bien maintenant, il se sent même heureux. Pourquoi ? “Je ne peux pas l’attraper à nouveau” a-t-il expliqué au journal Daily Mail. “Je suis immunisé”.

Nos corps savent très bien se battre et lorsqu’ils ont réussi à chasser un virus, celui-ci ne peut plus revenir les embêter.

C’est normal de se sentir un peu inquiet, même si vraiment peu d’enfants attrapent le coronavirus. Tu peux en parler à tes parents ou à tes professeurs.

Ils t’expliqueront tout ce qui est fait pour arrêter le virus. Des scientifiques recherchent un vaccin, par exemple.

Nous devrons peut-être changer certaines de nos habitudes. Mais c’est aussi un bon moment pour apprendre à apprécier le temps passé à la maison. Une occasion de se sentir comme les membres d’une grande famille qui affrontent le même problème, quelque soit l’endroit où ils vivent.

Et si nous nous inspirions de Pavel du Cameroun. En cas de déprime, pourquoi ne pas chanter et danser ? L’équipe de WoW! a testé et approuve cette méthode !

Clarisse et Alastair discutent le sujet sur Spotify

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram