fbpx

🔊 L’Ă©tĂ© des hĂ©ros de la Paix : Nelson Mandela

Comment ce que Nelson Mandela a appris dans son enfance l’a aidĂ© Ă  ramener la paix en Afrique du Sud. En plus de notre quiz de l’Ă©tĂ© !

Transcription podcast – 24 Juillet, 2020

Bonjour à toi qui m’écoute les doigts de pieds en éventail dans le sable ou depuis ton canap’. Comme promis, cet été, petite pause dans l’actualité. WoW! prépare avec le Jane Goodall Institute France, la journée de la paix qui aura lieu le 21 septembre. Mais en attendant la rentrée, nous avons envie de te présenter trois super héros de la paix. Le premier est Nelson Mandela ou devrais-je dire Rolihlahla. Avec lui, nous allons remonter le temps ! C’est au beau milieu de la campagne africaine que débute cette histoire …

Il y a cent ans, un jeune garçon grandit dans un petit village parsemé de huttes multicolores et rondes, en plein cœur d’une vallée verdoyante. Bienvenue en Afrique du Sud, sur la pointe sud de ce gigantesque continent.

Ce jeune garçon porte le prénom de Rolihlahla, qui signifie le fauteur de troubles. Son prénom présage déjà un destin mouvementé puisque Rolihlahla causera plus tard des ennuis à certaines personnes dotées de mauvaises intentions…

A l’âge de 5 ans, notre futur héro garde déjà des vaches et des moutons appartenant à sa famille, dans les collines vertes qui entourent le village.

Il aime la nature : le ciel bleu, la récolte de fruits, ou encore le miel fabriqué par les abeilles sauvages. Il s’amuse à nager dans l’eau fraîche des ruisseaux ou à glisser sur des rochers lisses que ses amis appellent les « montagnes russes ». Un parc d’attraction grandeur nature !

CHAPITRE 1 – Les combats de bâtons

Mais pour s’amuser, il faut bien manger ! Rolihlahla a donc appris à chasser pour nourrir sa famille. Il chasse certains oiseaux à l’aide d’une fronde (un morceau de cuir qui lui permet de lancer des pierres). Et grâce à des hameçons qu’il fabrique lui-même, il réussit même à pêcher des poissons.

De quoi se remplir le ventre et faire le plein d’énergie pour jouer à son jeu favori : le combat de bâtons. Son secret pour gagner ? Anticiper les gestes de ses adversaires mais surtout avoir confiance en soi. Nul besoin d’être le plus grand, le plus fort ou même d’avoir le plus grand des bâtons. Rolihlahla avait compris l’importance de connaître ses propres qualités mais aussi celles des autres.

Un beau jour, il rejoint ses amis dans le village. À tour de rôle, ils décident de monter sur le dos d’un âne. Mais l’animal commence a en avoir marre et devient de plus en plus grincheux. Au moment où Rolihlahla grimpe sur son dos, l’âne fait un mouvement brusque vers l’avant et notre héros atterrit tête la première dans un buisson d’épines. Face à cette scène, ses amis se sont mis à rire bruyamment et à se moquer de lui…

Rolihlahla s’est senti humiliĂ©. « Qu’est-ce que j’ai l’air idiot Â» pensa-t-il. Les Ă©motions qu’il a ressenti Ă  ce moment-lĂ  lui ont fait plus mal que les griffures sur son visage. PlutĂ´t que de chercher Ă  se venger, Rolihlahla s’est promis de ne jamais se moquer mĂ©chamment d’une personne. Il tiendra cette promesse mĂŞme pendant ses futurs combats : lorsqu’il sortira vainqueur d’un match, Rolihlahla adressera toujours un mot gentil Ă  son adversaire pour l’encourager.

Cet âne et ce mauvais souvenir d’humiliation lui auront permis de comprendre que humilier quelqu’un, c’est le faire souffrir inutilement et puis, c’est un combat sans fin qui n’a pas de sens !

CHAPITRE 2 – Rolihlahla devient Nelson

Notre futur héros grandit. Pour continuer ses études, il part dans une grande ville. Dans sa nouvelle école, on parle l’anglais. Rolihlahla, ne parlait jusqu’à lors que le xhosa, la langue de son village.

Là-bas, un de ses professeurs décide de lui donner un prénom anglais. Rolihlahla devient alors Nelson. Nelson Mandela.

En plus de lire des livres, Nelson apprend beaucoup en observant attentivement ce qui passe autour de lui. C’est comme ça qu’il a compris comment communiquer dans un groupe de façon calme et équitable sur des sujets importants qui concernent toute la communauté. Il apprend aussi ce qu’est un consensus dans un débat : c’est lorsqu’une décision est acceptée par tout le monde. De cette façon, personne ne se sent humilié ou forcé à faire quelque chose qui ne lui convient pas.

Nelson part ensuite à l’université, ce qui n’était pas fréquent pour un jeune homme noir à l’époque. Il apprend alors un nouveau sport : la boxe. Il adopte la même stratégie que celle des combats de bâtons : comprendre son adversaire pour ne pas gaspiller ses forces. Être patient pour riposter au bon moment !

CHAPITRE 3 – Le problème entre les Noirs et les Blancs

À l’université, les étudiants étaient physiquement différents de Nelson. Il avait la peau noire alors que les autres avaient la peau blanche car leurs ancêtres venaient d’Europe. Les étudiants blancs parlaient principalement l’anglais ou l’afrikaans, une langue qui ressemble au hollandais.

Une fois ses Ă©tudes terminĂ©es, Nelson devient avocat : il veut dĂ©fendre les personnes qui, comme lui, ont la peau noire et sont victimes d’injustices. En plus de son mĂ©tier, il organise des manifestations pour faire comprendre au gouvernement qu’il y a un problème avec une sĂ©rie de lois mises en place dans son pays. Ces lois portaient le nom d’« apartheid », un mot hollandais qui signifie sĂ©paration, car elles avaient pour objectif de sĂ©parer les personnes blanches des personnes noires.  

L’une de ces lois interdisait par exemple que les Blancs et les Noirs se marient ensemble. Une autre loi interdisait aux Noirs d’entrer dans certains magasins. Certaines places dans les bus leur étaient interdites et ils n’avaient pas le droit de se promener sur certaines plages…

CHAPITRE 4 – La contre-attaque

Nelson et ses amis ne sont jamais été d’accord avec ces lois. C’est en manifestant sans violence qu’ils voulaient faire changer les choses pour établir l’égalité entre les Noirs et les Blancs. Malheureusement, en Afrique du Sud, le gouvernement n’a pas voulu écouter les paroles des manifestants. La police réagit avec violence et de nombreuses personnes sont tuées. Nelson perd patience. Il décide, avec ses amis, de changer de stratégie. Pour se défendre et se faire entendre, ils rendent la vie compliquée au gouvernement. Ils se mettent par exemple à détruire des lignes électriques tout en essayant de ne blesser personne.

Peu de temps après, Nelson est arrêté par la police, puis jugé au tribunal. Il reconnaît que ces actes ont été violents mais il tente d’expliquer que les vrais criminels étaient en réalité les personnes qui ont mis en place le système de l’apartheid.

Nelson est contre la domination des Blancs mais aussi contre la domination des Noirs. Il veut simplement créer un pays où « tout le monde peut vivre ensemble en harmonie ».

Chapitre 5 – Apprendre en prison

La sentence tombe : Nelson et ses amis sont condamnés à finir leur vie en prison. Plongé dans la solitude, Nelson est coupé de sa famille pendant de nombreuses années. Le gouvernement souhaite que les gens l’oublient.

Ne pas avoir des nouvelles des gens qu’on aime, c’est extrêmement dur. Mais Nelson est resté fort et patient. Même enfermé, il a réussi à mettre en place sa stratégie : en apprendre davantage sur ses adversaires pour gagner dignement. En prison, ces nouveaux adversaires, ce sont les gardes qui sont d’accord avec les lois de l’apartheid. Nelson a appris leur langue, l’afrikaans pour parler avec eux et comprendre leur façon de penser. Nelson découvre alors que les gardes ont, eux aussi des espoirs et des craintes, comme tous les humains ! A force de persévérance et de dialogue, beaucoup de gardes ont fini par apprécier Nelson. Ils ont même essayé de l’aider, en lui donnant des feuilles de papier et des stylos par exemple. En écrivant, Nelson peut alors exprimer ce qu’il pense, ce qu’il ressent et s’évader le temps d’un instant.

Chapitre 6 – « Aidez-nous Â»

Alors que Nelson vieillit en prison, la situation en Afrique du Sud se dégrade. Il y a de plus en plus de violence à cause de ces inégalités entre Blancs et Noirs. Certains pays étrangers ont même coupé le contact avec l’Afrique du Sud pour faire comprendre au gouvernement qu’ils ne sont pas d’accord avec les lois de l’apartheid. Désemparés, les membres du gouvernement ne savent plus comment gérer le pays…Ils partent rendre visite au prisonnier Nelson pour lui faire une proposition. Si Nelson accepte de les aider à sortir de la crise, alors il pourra retrouver sa liberté. Nelson a refusé. Même si le gouvernement a essayé de l’affaiblir en l’envoyant en prison, Nelson est resté fort et ses qualités sont restés intactes. Il propose donc une autre idée au gouvernement : ok pour les aider mais à condition que les Noirs et les Blancs deviennent égaux et que des élections libres soient organisées.

Chapitre 7 – Pas une revanche, mais un arc-en-ciel

Le gouvernement blanc a finalement dit oui aux demandes de Nelson. Après 27 longues années, Nelson est libéré ainsi que tous ses amis. Cette nouvelle effraie les Blancs, terrifiés à l’idée que les Noirs prennent leur revanche et cherchent à les tuer pour leur prendre leurs maisons.

Mais, Nelson n’a pas oubliĂ© la promesse qu’il s’était fait lorsqu’il Ă©tait enfant : ne jamais humilier ses adversaires et ne surtout pas tomber dans la vengeance. Il garde en tĂŞte le mĂŞme objectif : faire en sorte que tous les Sud-Africains, de toutes les couleurs de peau, vivent ensemble en paix. Ce sera la nation arc-en-ciel, dit-il.

«  Extrait discours Nelson Mandela Â»

Quelques années plus tard, Nelson Mandela est élu président de l’Afrique du Sud ! Je te partage une chose extraordinaire qu’il a réussi à faire ! Ça concerne le sport, et plus exactement le rugby ! En Afrique du Sud, ce sport était surtout pratiqué par les Blancs. Les Noirs, eux, jouaient surtout au foot et avaient pour habitude de détester l’équipe nationale de rugby, les Springboks. Springbok, c’est aussi le nom d’une gazelle d’Afrique qui fait d’énormes sauts et qui court à une vitesse incroyable.

Chapitre 8 – Le match de rugby

En 1995, peu de temps après que Nelson ne devienne président, l’Afrique du sud accueille le grand championnat du monde de rugby ! Les Noirs ne sont pas contents, ils voudraient que l’équipe nationale des Springboks change de nom et qu’ils arrêtent de porter leur fameux maillot vert, symbole de l’équipe d’Afrique du Sud…Mais Mandela a refusé, car il savait que ce n’était qu’un désir de vengeance.

Nelson dĂ©cide alors d’aller parler Ă  l’équipe des Springboks et leur demande d’apprendre le rugby aux enfants noirs dans les quartiers pauvres de la capitale. Il a ensuite convaincu les Noirs de laisser quelque temps le foot de cĂ´tĂ© pour venir soutenir leur Ă©quipe nationale de rugby. Au moment de la compĂ©tition, Nelson dĂ©cide de faire un geste très symbolique : porter le maillot vert, pour montrer son soutien Ă  l’équipe des Springboks et ainsi encourager les noirs a en faire autant. Contre toute attente, l’Afrique du Sud gagne la coupe du Monde ! Alors, ce jour-lĂ , les Noirs et les Blancs fĂŞtent ensemble la victoire de la nation arc-en-ciel ! Incroyable mais vrai, Nelson a rĂ©ussi, Ă  travers le sport et l’écoute, Ă  rĂ©concilier les Blancs et les Noirs.

Fin – Le prix Nobel de la paix

Notre hĂ©ro a accompli beaucoup d’autres choses encore pour que les gens de son pays puissent vivre en harmonie avec des chances Ă©gales. Il a d’ailleurs reçu le Prix Nobel de la Paix pour avoir supprimĂ© ces horribles lois de l’apartheid et dĂ©diĂ© sa vie en faveur de la paix. Une chose est sĂ»re : Nelson n’a jamais oubliĂ© ce qu’il a appris lorsqu’il Ă©tait enfant et cela lui a permis de devenir un des plus grands hĂ©ros de la paix.

QUIZZ

Pour finir cet épisode en beauté, c’est cadeau, trois petites questions pour t’aider à tester ton pouvoir de concentration. C’est parti pour le quizz….

Question 1 : Quel prénom les parents de Nelson Mandela lui ont-ils donné ?

A – Donald 

B – Roland

C – Rolihlahla

RĂ©ponse C

Tu te souviens de ce que ça veut dire ? Le faiseur de troubles ! Il a fait trembler les lois de l’apartheid en les supprimant au nom de l’égalité et de la paix !

Question 2 : quelle émotion Rolihlahla a-t-il ressenti lorsque ses amis se sont moqués de lui ?

A – De la peur   

B – De la tristesse 

C – De la joie

RĂ©ponse B

Souviens toi, après être tombé de l’âne, ses amis se sont moqués de lui. Rolihlahla s’est alors senti très triste et profondément humilié.

Dernière question : quelle stratégie Nelson a l’habitude de mettre en place pour gagner un combat de bâtons ou de boxe ?

A – Il cherche Ă  mieux connaĂ®tre son adversaire

B – Il se moque de lui

C – Il hurle sur son adversaire

Réponse A, bien sûr ! Il prend le temps d’apprendre quels sont les points forts et les points faibles de ses adversaires pour mieux riposter. Et si Nelson sort vainqueur, il n’oublie jamais de saluer son adversaire et de l’encourager.

C’est la fin de cet épisode ! Mon petit doigt me dit que tu as sûrement appris quelque chose sur Nelson Mandela qui pourra t’être utile à l’école, à la maison ou même pendant une bataille d’eau dans le jardin !

Rendez-vous dans deux semaines pour découvrir qui sera le prochain héro de la paix de notre série…D’ici là retrouve d’autres portraits sur notre site wow-news.eu

Clarisse

Clarisse

Alastair editor of WoW!

Alastair

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram

S´abonner gratuitement